Peter Vandenbempt : « L’AA Gent a tous les atouts pour prétendre au premier prix »

Le Super Sunday n’a produit qu’un seul vainqueur : AA Gent a battu le Club Brugge. Union et Anvers, ainsi que Genk et Anderlecht ont fait match nul. Néanmoins, les trois premiers ont fourni suffisamment de sujets de discussion pour l’analyse hebdomadaire de Peter Vandenbempt.

« AA Gent a tous les atouts pour prétendre à la première place »

Le KAA Gent a battu le Club Brugge 2-1 et a également impressionné. J’ai trouvé que Gand a joué un excellent match. Le Club Brugge, qui avait un peu modifié sa composition de terrain, s’est fait souffler la balle et s’est fait écraser dès le début.

Le Club Brugge n’a pas pu répondre au rythme élevé et au pressing haut de La Gantoise pendant longtemps. Par rapport au match de jeudi contre Osasuna, trop de joueurs de Bruges sont restés en dessous de leur niveau : Zinckernagel, Onyedika, Vetlesen…

AA Gent a combiné énergie et abandon avec un très bon football. Le milieu de terrain était excellent avec De Sart, Kums et Hong. Sur les côtés, Archie Brown a été une grande découverte.

Je l’ai dit mille fois, mais je vais le répéter une fois de plus : devant, Hugo Cuypers reste un phénomène inimaginable chez l’attaquant.

AA Gent est également devenu très solide en défense avec Watanabe. Entraîneur Hein Vanhaezebrouck dispose également de plus d’options de remplacement que ces dernières années.

Lorsque le Club Brugge avait encore des chances de prendre un point à dix contre dix, le gardien de but Nardi était de nouveau là. Très fiable.

Pendant longtemps, le Club Brugge n’a rien pu faire face au rythme élevé et au pressing haut de Gand.

Peter Vandenbempt

C’est une semaine exceptionnelle pour l’AA Gent : qualification européenne pour la phase de groupes, Orban et Cuypers maintenus à bord – personne n’aurait cru cela possible – et maintenant une victoire convaincante contre le Club Brugge.

A Gand, on sait par expérience qu’une belle victoire en été contre le rival – même 6-1 comme en 2021 – ne garantit rien.

Mais il n’est certainement pas imprudent de dire que l’AA Gent a tous les atouts ou même plus que quelques rivaux pour rivaliser pleinement pour le premier prix.

« La chasse d’eau à l’arrière d’Anvers devient très mince »

L’Antwerp aurait également pu gagner sur le terrain de l’Union, mais le match s’est terminé sur un score de 2-2. La semaine n’a donc pas été parfaite ? Mais l’Antwerp a toutes les raisons d’être satisfait de cette qualification pour la phase de poules de la Ligue des champions.

Mais ils n’aiment pas la façon dont l’Antwerp donne une victoire pour la deuxième fois en Jupiler Pro League, comme à Louvain. Ils ne sont pas habitués à cela.

A deux reprises, ils ont accordé un penalty trop facilement. Ces erreurs individuelles ne sont pas ce à quoi l’Antwerp nous avait habitués l’année dernière.

Au contraire, l’année dernière, ils n’ont parfois pas joué un bon football – hier, ils l’ont fait, soit dit en passant – mais ils ont souvent terminé le match de manière clinique et ont gardé le point du nul.

Dans l’ensemble, le noyau de l’Antwerp est trop étroit pour rivaliser sur trois fronts.

Peter Vandenbempt

Ce n’est pas que l’Antwerp ne défende pas bien, mais il n’est pas irréprochable. Ce n’est pas surprenant, car l’entraîneur Mark van Bommel ne sait plus où donner de la tête en défense.

Alderweireld est sur la touche, Vines et De Laet sont sortis sur blessure, Avila est déjà parti. C’est sûrement un peu trop pour improviser. Mais je dois dire que le très jeune Zeno Van den Bosch a encore impressionné.

Mais dans l’optique de la Ligue des champions, je pense qu’il y a vraiment besoin de joueurs supplémentaires. D’une manière générale, le noyau de l’Antwerp est trop étroit pour être compétitif sur trois fronts.

Nous avions déjà fait cette remarque au début de l’année dernière. C’était très serré à l’époque et l’entraîneur avait déjà dû improviser. Aujourd’hui, la charge européenne s’ajoute à cela. Marc Overmars devrait certainement se pencher sur la question.

Quoi qu’il en soit, Anvers peut d’ores et déjà se réjouir d’un été exceptionnel. Tout a commencé au printemps et tout ce qu’ils pouvaient attraper, ils l’ont attrapé.

« Le contraste entre Genk et Anderlecht était très grand »

Pas de vainqueur non plus au KRC Genk contre Anderlecht, mais après le 1-1, les Limbourgeois ont été déclarés vainqueurs moralement. Même si l’égalisation de Tolu n’est intervenue qu’à la minute 97, Genk aurait pu gagner ce match également.

Parce qu’elle voulait jouer au football et dominer dès le début. Parce que même à dix avant la mi-temps, elle jouait mieux à certains moments et continuait d’attaquer. Parce que Paintsil et Heynen ont longtemps eu les meilleures occasions.

Et parce qu’il a continué à se débattre par la suite et que – sans parler – après une véritable épreuve jeudi d’environ 150 minutes dans la chaleur en Turquie.

Chapeau pour Genk. Le contraste avec la réponse d’Anderlecht était très important. Les Anderlechtois ont été autorisés à jouer au football avec un homme de plus à partir du quart d’heure de jeu, mais ils ont été incapables de contrôler Genk jusqu’à la mi-temps.

Riemer a fait référence de manière un peu cynique au 13 sur 18, mais c’est un discours qui ne durera pas éternellement.

Peter Vandenbempt

C’était mieux après la pause, mais le football était tellement lent, sans idée et stérile qu’il faisait mal aux yeux. Quelques points négatifs, comme Flips qui n’arrive pas à confirmer son bon premier match contre Westerlo. Dreyer est toujours dans le coup sous la direction de Brian Riemer, mais seul l’entraîneur sait pourquoi.

L’entraîneur n’a pas non plus réussi à faire jouer son équipe. Après le but d’Amuzu, Anderlecht a eu de nombreuses occasions de finir le match, mais ils n’ont pas poussé.

La fin était difficile, comme contre l’Anvers, Westerlo et Charleroi, et pour une fois, elle s’est mal terminée.

Il est intéressant de noter que Riemer a déjà réagi de manière très piquante lors de la conférence de presse lorsque des commentaires ont été faits sur la mauvaise qualité du match. Il a ensuite évoqué avec un certain cynisme les points : 13 sur 18. Mais c’est un discours qui ne durera pas éternellement.

« L’émeute a été la fin appropriée d’un match moche »

Le match a également été émaillé d’incidents, avec de nombreux cartons et une émeute dans le tunnel des joueurs entre Jan Vertonghen et le directeur technique de Genk, Dimitri De Condé.

C’était donc une fin très appropriée pour ce que j’appellerais un match moche. L’arbitre Van Driessche aurait pu régler le premier incident entre Vertonghen et Bonsu Baah sans carton et le carton rouge n’aurait pas été retiré. C’est certainement ce qui conditionne un peu ce match.

Mais tout ce qui s’est passé après, tous ces incidents et ces cartons, c’est certainement la faute des joueurs des deux équipes et non de l’arbitre.

Anderlecht est pointé du doigt – à juste titre, car il y a eu quelques fautes grossières. Mais Genk a également donné un bon coup de pied avec Munoz et à la fin avec le capitaine Bryan Heynen, un coup qui aurait pu valoir un rouge, mais qui est apparemment passé inaperçu.

Et puis l’incident de la fin. Que Dimitri De Condé soit en colère ou frustré par les provocations de Vertonghen pendant le match, toute ma sympathie.

Mais je ne pense pas qu’un directeur technique, après le match dans la zone neutre, devrait aller lire les lévites à un joueur adverse, qui est encore plein d’adrénaline en sortant du terrain, et ainsi déclencher une autre émeute. Il s’étonne ensuite de voir ce joueur réagir. Ce n’est pas nécessaire.

Auteur

  • Roger

    Hello, moi c'est Roger, passionné du FC Barcelone et d'Anderlecht, je marie le tiki-taka espagnol avec la fougue belge sur le terrain. Le Camp Nou et le Parc Astrid sont mes temples, et je vis pour le football.

LIRE  Le KV Courtrai perd sa lanterne rouge après une finale éprouvante contre le Cercle de Bruges