Wouter Vrancken a constaté que son équipe manquait de courage : « Crier tout ensemble n’a aucun effet »

« Trop peu. Trop passif dans la possession du ballon. La ligne défensive était trop basse, … »

Wouter Vrancken a mis le doigt dessus après une première mi-temps dramatique du KRC Genk. Aboubakary Koita s’est joué de la défense de Genk en réalisant un triplé en 7 minutes.

« Notre ligne défensive était trop basse. C’est une question de courage », a estimé l’entraîneur. « En outre, nous avons choisi la solution de facilité lors de la préparation. Ce n’est pas le football que nous défendons ».

« En tout cas, je suis aussi content de la réaction de mes garçons ».

Comment Vrancken a-t-il remis son équipe sur les rails à la mi-temps ?

« Le plus important était de montrer que nous étions une équipe. Lorsque le premier but est tombé, nous avons pu construire sur cette base.

« En première mi-temps, notre équipe s’est effondrée, mais en deuxième mi-temps, elle s’est battue pour marquer ce premier but.

Il a transmis sereinement ce message à son groupe. « Crier à tout va n’a aucun effet. La désillusion est trop grande à ce moment-là ».

Un choix qui a fonctionné, mais qui n’a pas permis de remporter une quatrième victoire cette saison. C’est encore trop peu pour le club limbourgeois. « Il faut en faire plus, plus souvent », tempère Vrancken. « En termes d’efficacité, nous étions parmi les meilleurs de la classe, mais trop souvent nous ne finissons pas.

Auteur

  • Roger

    Hello, moi c'est Roger, passionné du FC Barcelone et d'Anderlecht, je marie le tiki-taka espagnol avec la fougue belge sur le terrain. Le Camp Nou et le Parc Astrid sont mes temples, et je vis pour le football.

LIRE  L'e-sportif Club Brugge n'est pas inquiet du nouveau nom du célèbre jeu de football : "Je vois peu de différence".