Peter Vandenbempt à propos de l’été de transfert fou d’Anderlecht : « Il y a clairement une nouvelle direction ».

C’est de loin le grand gagnant du Mercato d’été. Anderlecht a injecté de la qualité dans son noyau. De grands noms comme Thorgan Hazard, Kasper Dolberg et Kasper Schmeichel sont venus à l’Astridpark. « Avec ce noyau, Riemer devrait entrer en Europe », pense Peter Vandenbempt, qui répond à 4 questions sur l’été des transferts.

Anderlecht a-t-il surpris avec son été des transferts ?

Oui, un peu en tout cas. Soudain, il y a beaucoup de possibilités, parce qu’Anderlecht a fait plus sur le marché des transferts qu’on ne l’aurait cru possible.

Elle s’oriente clairement dans une direction différente, nouvelle. Ce n’est plus seulement la jeunesse, mais des valeurs établies qui sont au cœur de l’équipe. Cela s’est avéré nécessaire après les années précédentes, lorsqu’il est devenu évident, sous la direction de Kompany, que les choses ne pouvaient pas fonctionner avec seulement des jeunes joueurs.

L’argent de Bart Verbruggen a créé une ouverture. Mais je pense qu’Anderlecht avait prévu d’être très actif sur le marché même sans ce transfert. Cet été a été et reste un été remarquable.

Le fait que de grands noms descendent est une question de circonstances. Si Thorgan Hazard avait reçu des offres d’autres ligues avec les mêmes conditions, il ne serait pas venu à Anderlecht.

Hazard est venu à Anderlecht parce qu’il n’y avait pas d’alternative plus attrayante. C’est la réalité. Il n’est plus non plus le joueur qu’il était dans ses meilleures années à Mönchengladbach ou à Dortmund.

Avec Thorgan Hazard, Anderlecht a attiré un joueur de premier plan lors du Deadline Day.

Comment Anderlecht peut-il maintenir cette image sur le plan financier ?

Marc Coucke a clairement dit dans une interview il y a quelques semaines que la situation financière d’Anderlecht était très bonne. Il est faux de dire que les Anderlechtois n’ont pas pu se mettre à la recherche d’un joueur sur le marché des transferts.

Anderlecht s’est considérablement assaini ces dernières années, il y a également eu une augmentation de capital et quelques gros transferts ont eu lieu. Le club n’a peut-être pas le potentiel d’un Club Brugge, mais Anderlecht est en bonne santé financière.

Je suis donc sûr à 200% qu’Anderlecht n’a pas pris de risques inutiles. Je peux dire avec certitude qu’il ne commet pas d’erreur.

Marc Coucke estime que la comptabilité est bonne.

Les grands noms sont-ils une garantie de succès ?

Anderlecht a certainement beaucoup investi dans des joueurs comme Kasper Dolberg, Thomas Delaney et Thorgan Hazard. Ils ont prouvé qu’ils pouvaient évoluer à un niveau bien supérieur à celui d’Anderlecht, mais cela fait un moment qu’ils n’ont pas atteint ce niveau. Je ne compte certainement pas Mats Rits parmi eux.

A cet égard, il y a un risque. Anderlecht n’a pas de garanties sur ses gros investissements. Hazard, par exemple, n’a été joueur de base au PSV qu’une seule fois au cours des six derniers mois, ce qui n’est pas le top européen comme Barcelone ou le Real Madrid.

Un exemple frappant est celui d’Amadou Diawara. Je l’ai vu jouer avec Naples et la Roma en Ligue des champions. Il a laissé une excellente impression à l’époque, mais il n’y a rien eu de concret.

Peut-être qu’Anderlecht fait une affaire en or parce que ces gars-là s’épanouiront mieux dans un championnat moins exigeant. Ils pourront combler la grande lacune de l’effectif – le manque d’expérience au plus haut niveau – et entourer les jeunes joueurs.

Thomas Delaney devra encore faire ses preuves.

Jesper Fredberg s’est-il avéré être le meilleur transfert jusqu’à présent ?

Cela reste à voir. Fredberg a déjà fait preuve d’une grande vigueur. Il a également bien vendu, en équilibrant les recettes et les dépenses. Il est certain que cela a été fait de manière punitive.

Sur le papier, il y a énormément de qualité. La question est maintenant de savoir si cela peut porter ses fruits. Ce n’est plus la responsabilité de Fredberg, mais celle de Brian Riemer.

Je lui demanderais d’arrêter de dire que « beaucoup de joueurs ont rejoint le club tardivement », ce qui était une excuse valable pour l’été. Dans un mois, Anderlecht devrait avoir un niveau trois fois supérieur à celui des derniers matches.

Riemer s’est vu confier une équipe qui devrait être en mesure de le faire. Jesper Fredberg a pris ses responsabilités sur le marché des transferts et c’est maintenant à l’entraîneur de jouer.

Il doit maintenant assurer les résultats. Avec ce noyau, le « top 6 » ne suffit plus. Si Anderlecht n’obtient pas le droit de jouer en Europe à la fin de la saison, Riemer n’aura pas bien travaillé.

Le travail de Fredberg est terminé, c’est maintenant à Riemer de le faire.

Auteur

  • Roger

    Hello, moi c'est Roger, passionné du FC Barcelone et d'Anderlecht, je marie le tiki-taka espagnol avec la fougue belge sur le terrain. Le Camp Nou et le Parc Astrid sont mes temples, et je vis pour le football.

LIRE  Quel dénouement ! Charleroi domine toujours le RWDM après une erreur embarrassante du gardien Koffi