Fredberg s’exprime après un mercato pourpre et blanc bien rempli : « Le transfert de Verbruggen a changé beaucoup de choses ».

Il n’y a pas eu autant d’animosité lors de ce mercato d’été qu’à Anderlecht. Les Mauve et Blanc ont enregistré 12 transferts, dont des noms prestigieux comme Thorgan Hazard et Kasper Schmeichel. CEO Sports Jesper Fredberg revient sur l’été dernier.

A propos de Thorgan (et Eden) Hazard : « Après la saison dernière, il est plus difficile de convaincre les joueurs »

Le transfert de Thorgan Hazard à Anderlecht, le jour de la clôture du marché, a certainement été le plus important de l’été. « Nous étions en pourparlers avec lui depuis longtemps », admet Fredberg. « C’est un Diable Rouge, un grand nom, quelqu’un avec une grande carrière jusqu’à présent. Et il correspond à notre style de jeu.

« C’est un joueur agressif et offensif. Il travaille dur. Nous pensons qu’il peut apporter quelque chose à l’équipe, non seulement à court terme, mais aussi dans les saisons à venir. Il sera également un bon modèle pour les jeunes joueurs. »

Quelle sera sa position ? « Dans notre 4-3-3, il peut jouer sur les deux côtés ou au milieu. Nous le voyons comme un joueur offensif. C’est là qu’il nous apportera le plus ».

« Et pour faire court, c’est un très bon footballeur. Et il voulait vraiment venir à Anderlecht ».

Il n’a donc pas été difficile de le convaincre ? « Après notre dernière saison, c’est vrai qu’il est plus difficile de convaincre les joueurs. Mais Thorgan a aussi vu ce qui se passe aujourd’hui. Il savait aussi que Schmeichel allait arriver, et Delaney par exemple. Il les connaît encore depuis qu’il était à Dortmund. Cela rend les choses un peu plus faciles ».

Le frère d’Eden Hazard a-t-il été mentionné ? « Ce n’est pas un supermarché. Ce n’est pas une promotion 1+1 ».

« Nous sommes très satisfaits de Thorgan. Nous voulions l’avoir. Eden est un joueur libre. Il a une très belle carrière, mais il faut aussi qu’il y ait un déclic. Il n’y a eu aucun contact. Nous ne pensons pas à lui en ce moment. Je ne l’ai pas appelé et lui non plus ne nous a pas appelés.

Je n’ai pas appelé Eden Hazard. Et il ne nous a pas appelés. Ce n’est pas un supermarché où vous les obtenez 1+1.

Jesper Fredberg

L’autre grand nom est Kasper Schmeichel. Pourquoi Anderlecht avait-il besoin d’un autre gardien de but ? Ils avaient déjà engagé Maxime Dupé cet été. « Schmeichel est un joueur avec beaucoup d’expérience et de caractère. Il est le numéro un danois, il a déjà gagné des titres, … ; »

« Nous sommes très satisfaits de Dupé, mais une opportunité s’est soudainement présentée. Et Kasper lui-même était très motivé pour venir ».

« Et la concurrence est toujours bonne, à tous les postes. Y compris entre les gardiens de but. Ils veulent tous les deux la place de numéro un. C’est pourquoi ils joueront toujours à 100 %.

D’où vient l’argent ? « Après la vente de Verbruggen, nous avons pu passer à la vitesse supérieure »

22 millions d’euros. C’est le montant qu’Anderlecht a dépensé pour tous ces nouveaux joueurs selon transfermarkt. « Ce n’est pas si loin », s’amuse Fredberg.

N’est-ce pas beaucoup d’argent pour Anderlecht ? Ces dernières années, les Mauve et Blanc ne l’avaient pas large. « Le transfert de Bart Verbruggen a changé beaucoup de choses. Nous avons maintenant investi cet argent – presque à parts égales – dans de nouveaux transferts. C’était très important pour nous.

« Nous avons délibérément placé Verbruggen entre les poteaux en janvier. Bien sûr, il avait aussi forcé cette place sur le plan athlétique car c’est un très grand talent. Mais comme il a pu jouer, nous avons aussi pu le vendre avec un gros bénéfice. »

« Notre masse salariale a également baissé. Nous avons pu vendre des joueurs qui gagnaient beaucoup. Financièrement, c’est un bon mercato ».

Mais le conseil d’administration a également apporté sa contribution, au sens propre du terme. « Ils nous ont aussi donné des opportunités. Ils nous ont donné de l’espace pour élaborer notre plan ».

Nous avons délibérément placé Verbruggen entre les poteaux en janvier afin qu’il puisse jouer et que nous puissions le vendre avec un gros bénéfice au bout de cinq mois.

Jesper Fredberg

12 nouveaux joueurs donc. C’est plus qu’un effectif complet. « Ils ne débuteront pas tous, bien sûr. C’est plus de transferts que ce que l’on fait normalement. Mais un changement radical était nécessaire après la saison dernière. C’était le moment de le faire. Nous voulions également envoyer un signal aux fans, aux sponsors, … »

Quel est le transfert dont Fredberg est le plus fier aujourd’hui ? « Peut-être Kasper Dolberg. Nous en avons eu pour notre argent. Il a beaucoup de potentiel et un long contrat. Ou Théo Leoni. Ou Thorgan Hazard. En fait, je peux citer presque tout le monde.

Bart Verbruggen.

Le titre est-il maintenant l’ambition ? « Les pièces du puzzle sont belles, il faut maintenant assembler le puzzle »

Les supporters semblent en tout cas très satisfaits du dernier mercato. Anderlecht est-il de retour ? « J’aimerais bien sûr répondre par l’affirmative. Mais cela reste du football. Avec tous ces nouveaux joueurs, on ne peut pas s’attendre à ce que les choses changent dès le premier jour. Il faut aussi donner du temps aux nouveaux venus. »

« Nous pensons qu’il s’agit d’un puzzle avec de nombreuses pièces intéressantes. Si toutes les pièces s’assemblent, ce sera très beau ».

« Ce sera un peu plus difficile pour les entraîneurs de choisir le onze de départ. Et les 18 joueurs qui sont dans le noyau les jours de match ».

Il sera un peu plus difficile pour les entraîneurs de choisir le onze de départ.

Jesper Fredberg

Anderlecht compte provisoirement 13 points après six matches. Un début réussi ? « Je suis heureux qu’après la saison dernière, l’équipe puisse déjà mettre cela de côté. Nous prenons des points.

« Bien sûr, nous pouvons jouer un football plus beau et meilleur, mais cela viendra ».

Cette équipe peut-elle devenir championne ? « J’ai dit avant le début du championnat que l’ambition était de jouer les play-offs. Quand j’ai dit cela, je savais déjà ce que nous prévoyions pour ce mercato. Cette ambition n’a donc pas changé.

« Nous devons construire. Nous pensons que ce groupe peut se rapprocher des meilleurs clubs, mais il est encore tôt. Pour le titre, je pense que nous avons encore besoin de temps. Lorsque nous serons dans le POI, nous regarderons plus loin.

Auteur

  • Roger

    Hello, moi c'est Roger, passionné du FC Barcelone et d'Anderlecht, je marie le tiki-taka espagnol avec la fougue belge sur le terrain. Le Camp Nou et le Parc Astrid sont mes temples, et je vis pour le football.

LIRE  L'Antwerp se rend à Barcelone avec une victoire facile contre un Westerlo en difficulté