Anderlecht conserve son point contre Courtrai en finale absolue, qui manque sa première victoire malgré la gaffe de Dupé

Anderlecht s’est présenté à Courtrai sans Schmeichel et Hazard, les deux récupérateurs du mercato. Ce dernier était laissé sur le banc et assistait à un début de match brouillon où son équipe prenait rapidement l’ascendant. Amuzu frappait le dessous de la barre transversale après un dribble.

Courtrai tentait principalement de défendre de manière compacte, mais prenait l’avantage. Sardella se laissait surprendre par le rapide De Neve, qui concluait une longue course par un tir sous la barre de Dupé. Le KVK pouvait à peine profiter de ce 1-0, car une bonne minute plus tard, une tentative de Dolberg était déviée dans le but.

Avenatti répliquait d’une tête heurtée, mais après cela, c’était déjà Anderlecht qui faisait tourner le chronomètre. Amuzu, en particulier, se montrait trop timide dans la finition. A son tour, Rits fauchait le ballon.

La deuxième mi-temps est d’abord sans histoire. Même Dupé semblait s’être assoupi. Le gardien d’Anderlecht jouait à nouveau mal, et Debast devait repousser le ballon dans la lucarne. Les mauves et blancs sont à dix et Courtrai bénéficie d’un penalty, transformé par Avenatti.

Les dix derniers joueurs d’Anderlecht ne parvenaient pas à faire la différence. Au milieu de terrain, Kadri régnait en maître et les visiteurs manquaient d’énergie. Jusqu’à ce que Kana, prêté par Anderlecht, reçoive un deuxième carton jaune.

A dix contre dix, le match devenait éprouvant pour les nerfs. Un excellent Vandenberghe semblait aider Courtrai à obtenir cette victoire tant attendue, mais dans le temps additionnel, Dreyer brisait le cœur des Kerels d’un délicieux tir croisé.

LIRE  Hans Vanaken fait basculer la crise du Club de Bruges vers l'Antwerp en marquant le but de la victoire en fin de match.

Auteur

  • Roger

    Hello, moi c'est Roger, passionné du FC Barcelone et d'Anderlecht, je marie le tiki-taka espagnol avec la fougue belge sur le terrain. Le Camp Nou et le Parc Astrid sont mes temples, et je vis pour le football.