Navigation Menu+

Le cannabis : le dopage en question

Posted on Jul 29, 2014 by

cannabis-gino-owning-major.si

L’usage de produits stupéfiants et de drogues dans le sport reste encore tabou dans de nombreuses disciplines dont le football. Même si les instances de lutte anti-dopage œuvrent pour la prévention et la lutte contre le dopage et l’usage de drogues, l’utilisation de cannabis et de marijuana restent cependant relativement répandue même s’il est difficile d’en connaître les statistiques exactes.

Un usage peu réactif aux critères du doping

En effet, l’usage de stupéfiants de la famille du chanvre dont le cannabis est dérivé est principalement répandu pour son usage récréatif, d’où les nombreuses ambiguïtés concernant son utilisation sport et dopage. Le THC contenu dans la résine de cannabis, même si les spécialistes du sport considèrent qu’il relève du dopage pour ses facultés relaxantes, rien ne prouve dans les différentes études scientifiques que les performances sportives sont impactées favorablement. Ce dernier fait alors partie des drogues et produits dopants interdits par toutes les fédérations sportives internationales, et est considéré au même titre que les autres substances illicites.

Une législation en question

download (1)Des tests anti-dopage sont alors pratiqués régulièrement sur tous les sportifs de haut niveau et professionnels, et le THC est détectable dans les urines pendant plusieurs jours voire semaines en cas de consommation prolongée. La question de son total bannissement reste cependant posée au vue du faible impact sur les performances des sportifs qui utilisent du cannabis. En effet, plus considéré comme une drogue « récréative », le cannabis relève de la même législation répressive que des produits dopants comme l’EPO ou le Stanozolol, bien connus dans le monde du cyclisme et de l’athlétisme. Les professionnels et experts se posent alors la question de savoir si cette législation est réellement applicable et judicieuse, alors qu’un non consommateur de cannabis peut se voir contrôler positif en ayant dépassé le seuil de tolérance juste après avoir inhalé de la fumée ou en étant exposé durablement dans une zone de fumeurs de cannabis.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>